Zero pollution action plan: once again the social economy is not taken into account

Zero pollution action plan: once again the social economy is not taken into account

ENSIE - 22-07-2021

On May, 12th, the European Commission adopted its Communication “Pathway to a Healthy Planet for All – EU Action Plan : ‘Towards Zero Pollution for Air, Water and Soil”.

In this Communication, the EU recalls its aim to reduce pollution for 2050 and defined some targets for 2030, in line with the EU Green Deal. Those targets should be reached through “transforming production and consumption modes” with for example circular economy business models. It is also underlined that “it is high time to ‘reverse the pyramid’ of action and rethink the way goods and services are designed, produced, delivered, performed and/or used and disposed of”.

The social economy sector, and especially work integration social enterprises (WISEs) are often active in the circular economy. Their key role has been acknowledged in the EU Circular economy action, which described social economy as a “pioneer in job creation linked to the circular economy”. ENSIE demonstrated this role, especially for WISEs during the webinar organized on June 16th on “Circular economy in the value chain of social economy organisations – WISEs working towards more responsible consumption”. Indeed, the social economy, and WISEs in particular, are combining an environmental as well as a social objective, this is why ENSIE launched, for its 20th anniversary a new campaign, #BuyResponsible, with the aim to present how WISEs can contribute to the promotion of a more responsible consumption and to reduce waste production.  

However, in the “Towards zero pollution action plan” , there is no mention of the role of social enterprises or WISEs. And this is, alas often the case in EU policies that are implementing the EU Green Deal. The role of the social economy, although it is quite often acknowledged in general terms, is often not recognized in practice and is not followed by concrete legislative proposal. This is a pity as it leave aside a part of the sector that can bring good practices and innovation to the others.

This plan was accompanied by the launch of the Zero Pollution Stakeholder Platform, which will be installed later this year. We really hope that the social economy sector will be acknowledge by this platform and will include some representatives of the sector.

***

Le plan d’action pour zéro pollution: une fois de plus l’économie sociale n’est pas prise en compte

Le 12 mai dernier, la Commission européenne a adopté sa Communication : “Cap sur une planète en bonne santé pour tous – Plan d’action de l’UE “Vers une pollution zéro dans l’air, l’eau et les sols”.  

Dans cette Communication, l’UE rappelle ses objectifs de réduction de la pollution pour 2050 et défini ses objectifs pour 2030, en ligne avec le Pacte Vert. Ces objectifs doivent être atteint grâce à la “transformation des modes de production et de consommation”, avec par exemple des modèles économique circulaires. Il est également souligné qu’”il est grand temps de renverser la pyramide” d’action et de repenser la manière dont les biens et services sont conçus, produits, livres, exécutes et/ou utilisés et éliminés”.  

Le secteur de l’économie sociale, et en particulier des entreprises sociales d’insertion (ESI), sont souvent actifs dans l’économie circulaire. Leur rôle clé a été reconnu dans le Plan d’action pour l’économie circulaire qui décrit l’économie sociale comme « pionnière dans la création d’emplois en lien avec l’économie circulaire. A ENSIE nous avons cherché à démontrer ce rôle pendant un webinaire organisé le 16 juin dernier sur « L’économie circulaire dans les chaînes de valeur des organisation de l’économie sociale – Les ESI pour une consommation plus responsable ». EN effet, l’économie sociale, et les ESI en particulier, combinent un objectif social et un objectif environnemental, c’est pour cela qu’ENSIE a lancé, pour son 20e anniversaire une nouvelle campagne #AchetezResponsable, qui présente comment les ESI peuvent contribuer à la promotion d’une consommation responsable et participer à la réduction des déchets.

Toutefois, dans le « Plan d’action vers zéro pollution », il n’y a aucune mention du rôle que peuvent jouer les entreprises sociales ou les ESI. C’est, hélas, souvent le cas dans les politiques de l’UE mettant en œuvre le Pacte vert. Le rôle de l’économie sociale, bien que reconnu, n’est que rarement concrètement mis en avant et ne conduit pas à des propositions ou des engagements politiques concrets. Il est bien dommage que ce secteur innovant et qui propose de nombreuses bonnes pratiques soit laissé de côté.

Ce plan était accompagné par le lancement de la plateforme des parties prenantes vers zéro pollution, qui sera mise en place plus tard cette année. Nous espérons vraiment que le secteur de l’économie sociale sera reconnu par cette plateforme et qu’elle comprendra des représentants du secteur.