ENSIE’s actions in the framework of the European Semester & the National Recovery & Resilience plans: what have been done so far?

ENSIE - 09-05-2021

On the 17th of September 2020, the European Commission (EC) launched the 2021 European Semester cycle, which was exceptionally reshaped due to the COVID-19 crisis, with the publication of the  Annual Sustainable Growth Strategy (ASGS)[1]. Indeed the ASGS, has introduced and set out strategic guidance for the implementation of the Recovery and Resilience Facility (RRF)[2] which is the key recovery instrument at the heart of NextGenerationEU which will help the EU emerge stronger and more resilient from the current crisis. The Facility will provide an unprecedented €672.5 billion of loans and grants in frontloaded financial support for the crucial first 3 years of the recovery.

In this particular context, the European Semester and the Recovery and Resilience Facility are thus intrinsically linked. Member States are encouraged to submit their National Reform Programmes[3] (NRP) and their recovery and resilience plans in a single integrated document. This main reference document will provide an overview of the reforms and investments that the Member States will undertake in the coming years. These plans’ compliance with the EU rules and objectives together with the Country Specific recommendations will be then assessed and monitored by the EC. According to this assessment, the money to implement the National Recovery &  Resilience plans will be then allocated to the Member States.

In this framework, it is crucial for WISEs to be included in these national RRP plans to ensure sufficient funding allocation for their development and support. This concern guided the ENSIE’s priorities and actions with its members and other European partners as RREUSE, Social Firms Europe – CEFEC and the “Comité européen de coordination” (CEC).

Firstly, in September last year, ENSIE invited its members to find and take contact with their relevant national Ministries in charge of the drafting of the National Recovery &  Resilience plans and try to be involved in the national dialogues. Unfortunately, among members it was noted that in most cases the processes were not so transparent and negotiations were organised behind closed doors. 

ENSIE denounced this lack of inclusiveness of national dialogues with the civil society organisations (CSOs) during different meetings with the European Commission, through its collaboration with the DG Employment desk officers but also through awareness raising letters to national Ministries. The good news is that in the framework of the ENSIE’s action for its Slovakian member, ENSIE received a letter from the Commissioner for Jobs and Social Rights Mr. Nicolas Schmit who informed the network that his services were in contact with the Slovak authorities to make sure that all relevant partners including the ENSIE’s member Asociácia Subjektov Sociálnej Ekonomiky (ASSE) get fully embraced in the national consultation processes.

Secondly, in December 2020, the actions were completed by a meeting between the ENSIE’s President, Corine van de Burgt, the ENSIE’s Director, Patrizia Bussi and the Deputy Head of Cabinet for Nicolas Schmit, Commissioner for Jobs & Social Rights, Santina Bertulessi, some other EU networks representatives and, some DG Employment civil servants, also in charge of the RRF compliance monitoring. During this meeting, the EC requested from ENSIE inputs from national stakeholders on the legislations that harm WISEs development in their respective countries and/or on the policies that still need to be developed. Following this meeting, ENSIE gathered necessary inputs from its  members[4], which were completed with the help of other EU networks (RREUSE, Social Firms Europe - CEFEC, CEC). Those were then sent to the EC representatives of the RRF taskforce to ensure that the received drafts from the Member States are monitored accordingly and take into account WISEs and the social economy concerns.  

Thirdly, this March, to prepare the last push before the end-of-April’s deadline for Members States to submit their National Recovery and Resilience Plans, ENSIE together with its above-mentioned EU partners, prepared two supporting documents for its members to be sent to their national Ministries.

Finally, the EC recently published the link to the national available RRF drafts and ENSIE plans to analyse the presence of the social economy and work integration in them. We already have a very good news from Romania where our member RISE Romania managed to have a dialogue with the Ministry of European Funds and Labour on the RRF drafting and as a result, social entrepreneurship and the social economy are mentioned among the Romanian’s funding priorities of the RRF draft plan. Furthermore, Romania developed a national Strategy to fight poverty which promotes the inclusion of disadvantaged people. This Strategy contains a chapter on the social economy and will be linked to the ESF+ fund. Our member proposed 15 proposals for this chapter which were all accepted. It is an important step towards the development and support of the social economy in Romania.

The process is still ongoing and ENSIE will continue to closely follow the evolution and further steps of the European Semester process and will continue to encourage the involvement of its members and collaborate with other relevant stakeholders to ensure that no one is left behind in the recovery process contributing to inclusive and fair societies.

 

***

[1] For more information on the ENSIE’s analysis and recommendations, please consult: https://bit.ly/3uURZ2l

[2] For more information please consult: https://bit.ly/3scdlXf

[3] The NRP are usually presented every year by EU governments to the Commission by the end of April in the framework of the European Semester process. These programmes detail the specific policies each country will implement to boost jobs and growth and prevent or correct imbalances, and their concrete plans to comply with the EU's Country-specific recommendations and general fiscal rules.

[4] Participating ENSIE’s members:  IT (Idee in Rete), SK (ASSE), CZ (TESSEA), HU (Gelileo Progetti), LV (Social Enterprise Association Latvia), PL (Stowarzyszenie Współpracy Regionalnej), HR (Act Grupa), AT (Arbeit Plus), FR (COORACE & Fédération des entreprises d’insertion), LT (Lithuanian Social Business Association), DE (Phoenix), RO (RISE Romania).

***

Les actions d’ENSIE dans le cadre du Semestre européen et des Plans nationaux pour la reprise et la résilience : qu’avons-nous fait jusqu’à présent ?  

Le 17 septembre 2020, la Commission européenne (CE) a lancé le cycle 2021 du Semestre européen , qui a été exceptionnellement adapté du à la situation de crise sanitaire actuelle, avec la publication de la Stratégie annuelle pour une croissance durable (Annual Sustainable Growth Strategy - ASGS)[1]. En effet, l’ASGS a introduit et exposé des orientations stratégiques pour la mise en œuvre de la Facilité pour la reprise et la résilience (Recovery and Resilience facility - RRF)[2], l’instrument clé de la relance au cœur de Next Generation EU qui vise à aider l’Union européenne à sortir plus forte et résiliente de la crise actuelle. La Facilité fournira un montant sans précédent de 672,2 milliards d’euros en prêts et subventions pour un soutien financier immédiat dans les trois premières années cruciales de la reprise.

Dans ce contexte particulier, le Semestre européen et la Facilité pour la reprise et la résilience sont intrinsèquement liées. Les Etats membres sont encouragés à soumettre leurs Plans nationaux de réforme[3] (PNR)  et leurs Plans pour la reprise et la résilience dans un seul document. Ce document de référence fournira une vue d’ensemble des réformes et des investissements que les Etats membres entreprendront dans les prochaines années. La conformité de ces plans avec les règles et les objectifs de l’UE ainsi qu’avec les recommandations spécifiques par pays seront ensuite évaluées et contrôlées par la Commission. En fonction de cette évaluation, les fonds nécessaires à la mise en œuvre des Plans nationaux pour la reprise et la résilience seront ensuite alloués aux Etats.

Dans ce cadre, il est crucial pour les ESI d’être incluses dans les Plans nationaux pour la reprise et la résilience afin de s’assurer de l’allocation de financements suffisants pour leur développement et leur soutien. C’est cette préoccupation qui a guidé en priorité les actions d’ENSIE avec ses membres et ses partenaires européens comme   RREUSE, Social Firms Europe – CEFEC et le “Comité européen de coordination” (CEC).

Tout d’abord, en septembre de l’année dernière, ENSIE a invité ses membres à trouver et à entrer en contact avec les ministères nationaux compétents en charge de la rédaction des plans nationaux et d’essayer de participer dans les dialogues nationaux. Malheureusement, il a été noté que dans la plupart des cas, ces processus n’étaient pas transparents et que les négociations avaient lieu derrière les portes fermées.

ENSIE a dénoncé ce manque d’inclusivité des dialogues nationaux avec les organisations de la société civile (OSC) pendant plusieurs réunions avec la Commission européenne, au travers de sa collaboration avec les administrateurs de la DG EMPL mais également avec des lettres de sensibilisations à destination des ministères nationaux. La bonne nouvelle est que, dans le cadre des actions d’ENSIE pour son membre slovaque, ENSIE a reçu une lettre du Commissaire à l’emploi et aux droits sociaux, Mr. Nicolas Schmit, qui informait le réseau que ses services étaient en contact avec les autorités Slovaques pour être sûr que tous les partenaires concernés, y compris le membre d’ENSIE Asociácia Subjektov Sociálnej Ekonomiky (ASSE), soient pleinement intégrés dans le processus de consultation national.  

Par la suite, en décembre 2020, ces actions ont été complétées par une réunion avec Santina Bertulessi la cheffe adjointe de cabinet du Commissaire à l’emploi et aux droits sociaux, Nicolas Schmit, et des représentants de la DG EMPL en charge du suivi et de la conformité des Plans nationaux de reprise et de résilience, en présence de la Présidente d’ENSIE, Corine van de Burgt, de la Directrice d’ENSIE, Patrizia Bussi et de représentants d’autres réseaux européens. Pendant cette réunion, la Commission a demandé à ENSIE une contribution des parties prenantes nationales sur les législations qui nuisent au développement des ESI dans les pays de l’UE ainsi que les politiques qui doivent être développées. A la suite de cette réunion, ENSIE a récolté les contributions de ses membres[4], qui ont été complétées par celles d’autres réseaux européens (RREUSE, Social Firms Europe - CEFEC, CEC). Ces contributions ont été envoyées aux représentants de la Commission en charge du groupe de travail sur les Plans de reprise et de résilience pour s’assurer que les projets des Etats membres soient suivis en conséquence et tiennent compte des préoccupations des ESI et de l’économie sociale.  

En mars, pour préparer le dernier coup de pouce avant la date limite de fin avril pour la soumission par les Etats membres de leurs Plans respectifs, ENSIE, avec ses partenaires susmentionnés, a préparé deux documents de soutien pour ses membres à envoyer à leurs ministères nationaux.

Enfin, la Commission a récemment publié le lien vers les projets de Plans nationaux et ENSIE prévoit d’y analyser la présence de l’économie sociale et des ESI. Nous avons déjà une excellente nouvelle de la Roumanie où notre membre RISE Romania a réussi à entrer en contact avec le Ministère des Fonds européens et du Travail à propos de la rédaction du Plan national reprise et résilience. Le résultat est que l’entrepreneuriat social et l’économie sociale sont mentionnées comme des priorités dans le projet de Plan. De plus, la Roumanie a développé une Stratégie nationale de lutte contre la pauvreté qui promeut l’insertion des personnes défavorisées. Cette stratégie contient un chapitre sur l’économie sociale qui sera liée ESF +. Notre membre a fait 15 propositions pour ce chapitre qui ont toutes été acceptées. C’est un pas important pour le développement et le soutien à l’économie sociale en Roumanie.

Ce processus est toujours en cours et ENSIE continuera à suivre de près l’évolution et les prochaines étapes du processus du Semestre européen et continuera à encourager l’implication de ses membres et collaborera avec les parties prenantes intéressées pour s’assurer que personne ne soit laissé de côté dans le processus de reprise afin d’aller vers des sociétés plus inclusives et justes.  

***

[1] Pour plus d’informations sur l’analyse d’ENSIE et ses recommandations, veuillez consulter: https://bit.ly/3uURZ2l

[2] Pour plus d’informations, consultez:  https://bit.ly/3scdlXf

[3] Les Plans nationaux de réforme sont habituellement présentés chaque année par les gouvernements des Etats membres de l’UE à la Commission européenne fin avril dans le cadre du processus du Semestre européen. Ces programmes détaillent les politiques que chaque pays compte mettre en œuvre pour favoriser l’emploi et la croissance et prévenir ou corriger les déséquilibres. Ces Plans doivent être en accord avec les Recommandations spécifiques par pays de l’UE et les règles fiscales générales.

[4] Membres d’ENSIE participants à l’action:  IT (Idee in Rete), SK (ASSE), CZ (TESSEA), HU (Gelileo Progetti), LV (Social Enterprise Association Latvia), PL (Stowarzyszenie Współpracy Regionalnej), HR (Act Grupa), AT (Arbeit Plus), FR (COORACE & Fédération des entreprises d’insertion), LT (Lithuanian Social Business Association), DE (Phoenix), RO (RISE Romania).